Dans un précédent article, j’ai présenté, à l’intention des débutants, une palette de base de 12 couleurs. Pour mémoire, il s’agissait de :

Blanc de Titane
Jaune citron
Jaune de cadmium
Ocre jaune
Vermillon
Magenta
Bleu céruléum
Bleu outremer
Terre de Sienne brûlée
Terre d’ombre brûlée
Gris de Payne
Noir d’ivoire

Palette de base polyvalente

Si, comme moi, vous êtes peintre paysagiste, je vous recommanderais d’ajouter peu à peu quelques pigments supplémentaires, mais judicieusement choisis. Voici mes préférences personnelles.

Blanc de zinc
Jaune de Naples
Rouge anglais
Bleu royal
Bleu de phtalo
Violet pourpre dioxazine
Vert de vessie
Vert de Hooker

Ce qui nous fait un total de 20 teintes. Comme vous le constatez, j’ai introduit quand même 2 verts et 1 violet, car ils vous seront bien pratiques. Mais résistez à la tentation de ne produire vos verts et violets que par ce moyen. Quant aux orangés, ils sont plutôt rares en peinture paysagiste; je vous recommande de continuer à les fabriquer par mélange de jaune de cadmium et de vermillon, en dosant adéquatement ces deux pigments, additionnés éventuellement d’une pointe d’ocre, de rouge anglais, voire de bleu ou de gris.

Palette étendue du peintre paysagiste

Mais, me direz-vous, voici qu’apparait un deuxième blanc ! Pourquoi donc ce blanc de zinc, qui s’ajoute au blanc de Titane ? Essayez-les tous deux, et vous constaterez ce qui les différencie : le blanc de Titane est un blanc couvrant, opaque (mais très légèrement jaunâtre); le blanc de zinc est un blanc plus souple, moins transparent, se prêtant mieux aux mélanges (et très légèrement bleuâtre). Gardez le blanc de Titane pour obtenir des blancs purs, éclatants; utilisez plutôt le blanc de zinc pour éclaircir vos mélanges.