Tout petits déjà, nous avons appris que pour fabriquer du vert, il suffit de mélanger du jaune et du bleu. Mais face à notre toile, nous nous rendrons compte que le mélange d’un jaune citron avec du bleu céruléum donnera un vert bien plus vif que le mélange d’un jaune de cadmium avec de l’outremer. Voyons pourquoi.

Nous avons vu dans un autre article que le mélange de deux couleurs complémentaires donne du gris. En fait, cette tendance vers le gris, vers des tons « boueux », augmente en proportion de l’éloignement des teintes de base sur le cercle chromatique. Ainsi, le jaune-vert et le bleu-vert sont relativement proches sur ce cercle; leur mélange donnera un vert vif. Le mélange du jaune et du bleu donnera un vert plus sourd. Tandis que le mélange d’un jaune-orange et d’un bleu donnera un vert grisé, car ces deux teintes contiennent un peu de rouge, la complémentaire du vert.

Si l’on traduit ce principe en termes de pigments, nous dirons que le mélange d’un jaune citron avec un bleu céruléum donnera un vert vif, souvent trop peu naturel pour évoquer une pelouse. Le mélange d’un jaune citron avec un outremer, ou d’un jaune de cadmium avec du céruléum, donnera un vert moins criard. Tandis qu’associer le jaune de cadmium avec l’outremer donnera un vert assez éteint.

De même, pour obtenir par exemple un beau ton lilas, ne mélangez pas du céruléum et du vermillon, mais bien de l’outremer avec du magenta; le tout additionné de blanc de Titane.

Et pour un orange vibrant, choisissez le jaune de cadmium avec le vermillon, et non le jaune citron avec le magenta.